Sections
 
Vous êtes ici : Accueil Histoire et architecture Le quartier Le Palais des Princes-Evêques

Le Palais des Princes-Evêques

le palais des princes-evêques
 
Photo : Marc Verpoorten, Ville de Liège.

 

L’évêque Notger avait quitté le « Publémont », la colline du Mont-Saint-Martin où son prédécesseur Eracle avait installé son palais. Il construit sur la Légia la cathédrale et son palais, qu’il intègre dans la muraille nord de la ville et qui sera agrandi par ses successeurs. En 1185 un incendie le détruit. Il est reconstruit en 1188 sous le règne du Prince-évêque Raoul de Zähringen (1167-1191). Sa façade romane, parmi les plus imposantes d’Europe, subsistera jusqu’en 1734. L’histoire de l’édifice alterne périodes fastes et d’abandon, suite à divers incendies. A partir de 1526, Erard de la Marck (1505-1538), brillant prince et mécène engage l’architecte Arnold van Mulken pour le reconstruire. Son architecture extérieure est restée presque intacte jusqu’à l’incendie de 1734 qui ravage l’aile dite des Etats. Le Prince-évêque Georges-Louis de Berghes (1724-1743) confie sa reconstruction à l’architecte Anneessens qui compose la très belle façade sud dans le goût classique. Pendant les règnes qui suivent, de nombreux aménagements intérieurs seront réalisés, plaçant cette résidence princière au rang des plus beaux palais d’Europe. Outre la résidence du prince, le palais est le siège des différentes administrations de l’état principautaire. Laissé à l’abandon sous les régimes français et hollandais, il fera l’objet d’un nouvel aménagement par l’architecte Jean-Charles Delsaux (1821-1893) dans le style néo-gothique qui caractérise principalement sa façade ouest. Il est aujourd’hui le siège de la justice et du gouvernement provincial.

Actions sur le document